Dr Pierre Simon, Néphrologue, juriste de la sante, ancien président de la Société Française de Télémédecine

OBJECTIFS : 

– Comprendre ce qu’est la télémédecine : définition et différents types
– Maîtriser son cadre médico-légal
– Décrire les situations d’éligibilité et de non éligibilité du patient à la télémédecine
– Mettre en œuvre l’organisation minimale de sa structure d’exercice pour pratiquer une téléconsultation et/ou une télé expertise associant sécurité et maîtrise de l’outil

TÉLÉMÉDECINE : demain, c’est aujourd’hui !

Le remboursement des actes de téléconsultation et de téléexpertise est rentré dans le droit commun le 15 septembre 2018. Les actes sont reconnus et dotés de cotations spécifiques.
Inondés d’idées reçues véhiculées par les médias et de sollicitations commerciales par l’industrie de la santé numérique, les soignants peinent à s’emparer de cette pratique. Non, la télémédecine ne remplacera pas les professionnels de santé. Oui, elle peut être une aide précieuse, associée à rapidité, qualité et sécurité.
Cinq actes de télémédecine sont reconnus en France : téléconsultation, téléexpertise, télésurveillance médicale, téléassistance médicale et régulation. Ils permettent d’établir un diagnostic, d’assurer un suivi, de solliciter un avis spécialisé ou d’effectuer une surveillance. De plein droit dans l’activité médicale, nos confrères canadiens l’utilisent depuis plus de 10 ans déjà…Pharmaciens et infirmiers sont aussi partie prenante de ces actes, puisque « tiers médiateurs ». Pour ces professions, la notion de télésoin apparait dans l’avant -projet de loi présenté en juillet 2019. Elle intègre la dernière Convention Nationale Pharmaceutique signée et le mouvement devrait suivre rapidement au niveau du corps infirmier.Opportunité d’améliorer la qualité des soins dans de nombreux cas de figures, évolution incontournable de la médecine de demain, nécessité de préserver une médecine humaine : quand et comment faire une demande, quels outils utiliser, quelle rémunération coter, etc. ?Pour mieux maîtriser, comprendre et intégrer la télémédecine dans votre pratique, rien ne vaut une journée de formation éclairée !

> Indemnisation possible par l’Agence nationale du DPC pour les médecins généralistes, IDE et pharmaciens titulaires

    Merci pour cette formation très intéressante. Merci à M. Simon pour son intervention claire et complète. Les vidéos étaient très intéressantes.

    Juliette

    Médecin inscrite à la formation du 4 mai

    J'ai découvert la classe virtuelle avec vous pendant le confinement ! C'était vraiment très instructif et super pratique. Je recommencerai volontiers.

    Marc

    Infirmier, inscrit à la formation du 6 mai

    Dr Etienne Ribaute, ophtalmologiste à Quimper

    OBJECTIFS : 

    – Analyser un symptome ophtalmologique motivant la consultation
    – Dépister une pathologie ophtalmologique chez l’adulte ou l’enfant
    – identifier une urgence ophtalomologique
    – Prescrire des examens complémentaires pertinents
    – Proposer une thérapeutique justifiée dans le cadre d’une décision médicale partagée

    La pathologie ophtalmologique est un motif de consultation fréquent en médecine générale : oeil rouge et/ou douloureux, baisse de l’acuité visuelle,corps étranger,strabisme…

    Le médecin spécialiste en médecine générale est confronté en premier recours à deux écueils : analyser correctement le symptôme motivant la consultation et ne pas méconnaitre une maladie grave débutante. Au cours de cette fomation seront abordés les étapes du raisonnement clinique face aux principaux motifs de consultation en ophtalmologie courante, les conduites à tenir diagnostic et thérapeutiques face à une urgence ophtalmologique.

    > Indemnisation possible par l’Agence nationale du DPC pour les médecins généralistes

      Merci beaucoup pour votre formation et la clarté de vos explications.

      Hélène

      Médecin inscrite à la formation du 9 juin

      Dr Bruno Sassolas, dermatologue au CHRU de Brest

      OBJECTIFS : 

      – Appréhender l’apport d’un dermatoscope dans la pratique de médecine générale
      – Diagnostiquer les lésions simples et connaitre les critères de malignité au dermatoscope
      – Maitriser ses propres limites en fonction du degré d’entrainement de son œil de praticien à travers le dermatoscope

      Nous avons beau connaitre les critères d’analyse des lésions cutanées pour en déterminer l’origine et la potentielle malignité, nous sommes souvent limités.

      Et si le dermatosocope permettait un autre regard au cabinet du généraliste ?

      Cette formation vous permettra une première approche du monde cutané vu au travers d’un dermatoscope, dévoilant sa potentielle utilité au cabinet.

      > Indemnisation possible par l’Agence nationale du DPC pour les médecins généralistes

        Excellente journée dermato.J'ai hâte d'acheter mon dermatoscope.
        Impatiente pour la 2ème journée dermato

        Sophie

        Médecin inscrite à la formation du 20 juin

        C'était ma première formation en visioconférence, j'avais un peu peur du résultat
        Je suis agréablement surpris

        Philippe

        Médecin inscrit à la formation du 20 juin

        Ce qui est génial c'est qu'on puisse interagir avec d'autres médecins d'autres villes alors qu'en présentiel ce ne serait pas possible ; j'adore ce système

        Aude

        Médecin inscrite à la formation du 30 juin

        C'était très intéressant merci bonne soirée à tous

        Claudine

        Médecin inscrite à la formation du 30 juin

        C'était très éclairant

        Thomas

        Médecin inscrit à la formation du 30 juin

        C'était ma première formation en visioconférence, j'avais un peu peur du résultat
        Je suis agréablement surpris

        Philippe

        Médecin inscrit à la formation du 30 juin

        Jérôme Piquet, masseur-kinésithérapeute à Tours

        OBJECTIFS : 

        Établir cliniquement le degré de gravité de l’entorse
        – Prescrire la thérapeutique la plus appropriée en fonction de la gravité de l’entorse et des spécificités du patient (contention, rééducation, orthèses plantaires…)
        – Distinguer l’entorse d’une autre lésion traumatique de la cheville
        – Informer les acteurs de santé du parcours de soins possibles et des ressources accessibles

        Avec 6 000 cas par jour en France, l’entorse de cheville constitue l’urgence traumatologique la plus fréquente.

        Un tiers de ces entorses sont graves. Parmi les patients, 60 % sont âgés de 25 à 44 ans, et 64 % sont des hommes.
        Dans ce contexte, comment apprécier la gravité de l’entorse lors de l’examen clinique ? quelles options thérapeutiques choisir ?
        Dans le cadre de l‘amélioration de la prise en charge de la douleur, cette formation apportera des clés pour traiter efficacement une entorse afin de réduire les morbidités péri-traumatiques et d’éviter la chronicité de ce type d’atteinte.

        Au cours de ce programme, la physiopathologie du mécanisme de l’entorse sera présentée. L’examen clinique et les critères diagnostiques seront détaillés selon le degré de gravité de l’entorse. Les diagnostics différentiels des lésions de cheville seront exposés. Les moyens de prise en charge et les options thérapeutiques finaliseront le focus sur cette pathologie.

        > Indemnisation possible par l’Agence nationale du DPC pour les médecins généralistes, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues

          Très bonne soirée, très intéressant

          Karine

          Kinésithérapeute inscrite à la formation du 18 juin

          Jérôme Piquet, masseur-kinésithérapeute à Tours

          OBJECTIFS : 

          – Mener un interrogatoire face à un genou traumatique douloureux
          – Pratiquer un examen clinique du genou rapide et exhaustif
          – Participer activement à la prise en charge rééducative (prescriptions, actes thérapeutiques, surveillance, évaluation) selon sa profession
          – Collaborer avec les différents acteurs de santé et établir des liens entre la médecine de ville, les médecins spécialistes notamment

          La blessure du genou est fréquente chez le patient notamment sportif. Les douleurs aiguës traumatiques doivent être traitées efficacement afin de permettre au patient de retrouver une fonctionnalité optimale et d’éviter leurs développement et chronicité.

          Au cours de ce programme, un rappel anatomique de l’articulation du genou sera proposé, les mécanismes lésionnels : entorse, rupture des ligaments croisés seront exposés. Les moyens de prévention et de prise en charge seront développés associant traitement médical et paramédical rééducatif et orthétique. La formation apportera des clés pour optimiser la collaboration interprofessionnelle et élaborer un parcours de soin efficient pour le patient.

          La prise en charge et l’accompagnement pluridisciplinaire du blessé sont donc la clé pour avancer sur le chemin sinueux de la reprise de l’activité sportive.

          > Indemnisation possible par l’Agence nationale du DPC pour les médecins généralistes, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues

            Dr Raoul Duhirel, endocrinologue à Saint-Malo

            OBJECTIFS : 

            – Identifier les pathologies chroniques ayant un lien avéré avec l’exposition aux perturbateurs endocriniens
            – Identifier les perturbateurs endocriniens dans l’environnement quotidien d’un patient
            – Proposer des mesures de prévention visant à réduire le risque d’exposition aux perturbateurs endocriniens

            Les perturbateurs endocriniens sont omniprésents dans notre quotidien (médicaments, aliments, cosmétiques, produits ménagers), mais de quoi s’agit-il exactement ?

            La presse et les médias soulèvent beaucoup de questions sur ce sujet qui inquiètent les patients.
            Cette formation a pour but de permettre aux professionnels de santé d’agir auprès de leurs patients pour limiter l’impact des perturbateurs endocriniens dont l’implication est actuellement scientifiquement établie dans la genèse des pathologies chroniques : cancers hormono-dépendants, maladies métaboliques telles le diabète et l’obésité et les maladies neuro-dégénératives).

            > Indemnisation possible par l’Agence nationale du DPC pour les médecins généralistes, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, IDE, pharmaciens titulaires, orthophonistes, sages-femmes et dentistes 

              Un grand merci pour cette soirée

              Guillaume

              Médecin, inscrit à la formation du 10 juin

              Merci pour tous ces éclaircissements

              Sandrine

              IDE, inscrite à la formation du 10 juin

              Je suis ravie j'ai eu beaucoup de réponses

              Laurence

              Pharmacienne, inscrite à la formation du 10 juin

              MERCI à tous les 2, formation pertinente, bien menée, avec possibilité de sensibilisation des mamans, futures mamans et applications pratique !

              Anne

              Médecin, inscrite à la formation du 25 juin

              Karine Delahaye-Muller et Isabelle Hébert-Tréluyer, pédicures-podologues en Bretagne

              OBJECTIFS : 

              – Traiter l’ongle incarné dans le champ de compétences du pédicure-podologue
              – Établir les diagnostics différentiels
              – Adapter la thérapeutique en fonction du stade de l’ongle incarné
              – Éviter les récidives par un traitement orthétique approprié
              – Proposer une démarche éducative thérapeutique au patient : prévention et gestes de bonnes pratiques post-soins
              – Orienter vers le praticien le plus indiqué : Le dermatologue ou le chirurgien selon le degré de gravité de l’ongle incarné

              Nourrisson, adolescent, adulte, senior : motif de consultation douloureux, classique et fréquent … mais prise en charge complexe pour le podologue qui recherche des solutions efficaces afin d’éviter les consultations multiples et les récidives.

              Au cours de ce programme, un rappel anatomo-physiologique de l’ongle sera proposé, le cadre législatif des actes du pédicure-podologue sera exploré afin de mieux définir les soins unguéaux qu’il peut réaliser. Les différentes étiologies, les circonstances d’apparition et les diagnostics différentiels seront développés pour le nourrisson, l’adolescent, le patient âgé. L’ongle incarné dans le cadre d’un traitement de chimiothérapie sera largement exposé.

              Des ateliers techniques de méchage, pansements de traction, orthonyxie seront présentées, autant d’options thérapeutiques permettant d’éviter les récidives. Des conseils préventifs à dispenser au patient enrichiront cette formation résolument pratique.

              Sans oublier les trucs et astuces des intervenantes !

              > Indemnisation possible par l’Agence nationale du DPC pour les pédicures-podologues

                Dr Anne Lucas, pharmacienne experte en micronutrition et psychonutrition

                OBJECTIFS : 

                – Comprendre la régulation du rythme circadien
                – Repérer les désynchronisateurs de l’horloge interne
                – Apporter un conseil alimentaire adapté au patient
                – Préconiser des stratégies nutritionnelles et micronutritionnelles pour obtenir un rythme optimal des prises alimentaires

                La chronobiologie, qui correspond à l’étude des rythmes biologiques dans l’organisme, connait un grand essor depuis une dizaine d’années. En effet, presque toutes les fonctions de l’organisme sont soumises au rythme circadien. Ainsi, les troubles de ce rythme peuvent avoir des conséquences aussi bien sur le sommeil que sur le métabolisme, le fonctionnement du système cardiovasculaire, du système immunitaire…
                Plusieurs facteurs sont connus pour désynchroniser l’horloge interne dont le rythme alimentaire.
                Celui-ci a un impact direct sur la santé et peut contribuer à synchroniser les horloges biologiques ou au contraire les perturber. De récents suivis de cohorte ont permis d’établir une association entre l’heure des repas et le risque de cancer du sein ou encore de la prostate.
                La chronobiologie alimentaire consiste à étudier le rythme optimal des prises alimentaires pour la santé.
                Pour notre santé, les bons aliments au bon moment !

                Sessions débutants : ouvertes à toute personne non-initiée à la micronutrition

                Sessions intermédiaires : ouvertes à toute personne ayant des bases en micronutrition

                > La participation financière pour effectuer cette formation est d’un montant de 300 €. Certaines professions peuvent bénéficier d’une prise en charge totale ou partielle : 

                • FIF-PL : uniquement pour les pharmaciens titulaires, podologues libéraux, MKDE libéraux

                Juste un petit message pour vous dire que j ai été enchantée de la formation en chronobiologie alimentaire animée par Anne Lucas .

                Hélène

                Médecin inscrite à la formation du 5 juin

                Pour moi 1ère expérience en classe virtuelle réussie merci

                Malvina

                Podologue inscrite à la formation du 26 juin

                Passionnant : ouverture de nouveaux horizons vastes ! Mais le patient n'est pas toujours à l'écoute de nos conseils !

                Marjorie

                Médecin inscrite à la formation du 26 juin